Revue de presse

With great finesse, Oumhani relates the Tunisian scene between 1906 and 1911 to similar events taking place from Syria to Morocco at the hands of the French, Italian, and Ottoman authorities. Furthermore, she reveals the peoples’ shared experiences, blood ties, and political solidarity. Against this rich tapestry, she notes dates and events as passing references that help anchor the story in time and space without obscuring the characters. Her flexible language and visual sensibility create unforgettable paintings in words. (Alice-Catherine Carls)

Plus qu’une histoire de vie, c’est le portrait du monde à l’aube du XXe siècle – de la Tunisie colonisée à l’Europe en guerre, en passant par les Etats-Unis en plein essor – que narre, dans une écriture extrêmement sensorielle, l’auteur. (Séverine Kodjo-Grandvaux)

Au gré de ce nouveau livre, l’écriture ciselée et poétique de l’auteure s’empare du destin fracassé d’un jeune homme pour dire la violence de l’histoire et le chassé croisé des cultures. (Nathalie Galesne)

…une grande voyageuse et une gourmande des mots qu’elle manie avec tous ses sens, donnant à ses lecteurs d’entendre, goûter, sentir, voir et toucher comme le fit remarquer une lectrice dans le public à propos d’«Une odeur de henné», rééditée chez Elyzad.
En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2017/03/04/2528673-la-prose-poetique-et-charnelle-de-cecile-oumhani.html#S5VcRe3a46212fZk.99

Sa multiple culture à elle, sa dimension de « citoyenne du monde » apporte cette touche plurielle au personnage, qui devient un porte-parole de cette diversité et du melting-pot qui a fondé des pays comme les Etats-Unis, un étendard de ces mouvements de populations qui font et défont l’Histoire de l’Humanité ; sujet majeur et sensible de notre temps où on observe un repli identitaire de plus en plus revendiqué et où les immigrés sont stigmatisés autant aux USA qu’en Europe.

Se pourrait-il qu’une passerelle multiculturelle existe entre le monde arabe et le monde européen, entre le monde arabe et le monde américain ? L’auteur nous invite à le croire donnant à son roman superbement écrit des résonances politiques d’actualité. (Mireille Sanchez)

Dans son dernier roman « Tunisian Yankee » -Ed Elyzad, 2016, l’auteure se tourne du côté de la Tunisie et nous emmène sur les pas d’un jeune « indigène » en quête de liberté. Un destin tragique, ancré dans la grande histoire, et qui résonne bien au-delà de la fiction. (Alice Dubois)

  • Un rêve de liberté (Le courrier de l’Atlas, n°110, janvier 2017)

… l’auteur s’intéresse aux oubliés de l’Histoire (Loïc Barrière)

  • Tunisian Yankee, le roman des immigrants de tous temps (Le Dauphiné libéré, 20.12.16)

Tunisian Yankee est aussi et surtout une œuvre littéraire dont le dur réalisme est adouci par la beauté du langage. (Gilbert Jean)

  • Tunisian Yankee de Cécile Oumhani (Europe, n° 1053-1054, janvier-février 2017, p.351-352)

Héros modeste, homme déraciné épris de liberté avec ses espoirs engloutis, tel est Daoud devenu Dawood dont la présence ne cesse de s’imposer dans ce roman d’une grande force littéraire, où l’émotion gagne le lecteur tandis que la réalité de la guerre demeure sans cesse présente. (Max Alhau)

  • Tunisian Yankee, un livre sur un soldat inconnu venu d’ailleurs (Le Dauphiné libéré, 12.12.16)

… un nouveau livre passionnant qui plaide pour un monde sans frontière. (Gilbert Jean)

Tunisian Yankee est un roman poignant sur ces vies individuelles qui symbolisent l’universel de la lutte pour vivre, aimer, s’exprimer librement dans la grandeur de ce que peut être un humain mais que les évènements mondiaux écrasent de leur violence absurde.(Brigitte Aubonnet)

… nous sommes en présence d’un « grand » roman, comme on dit parfois pour certaines œuvres devenues classiques parce qu’elles ont su insérer les destins individuels dans l’histoire collective, faisant comprendre qu’il n’y a point d’être qu’on puisse dire petit tant est grande la capacité humaine à souffrir. (Denise Brahimi)

Avec ce parcours tissé d’inachèvements à répétition, Cécile Oumhani réussit pourtant un personnage romanesque passionnant et éclaire fortement, côté sud, une époque qui fut sans aucun doute le creuset d’un renouvellement du monde. Avec un art sensible et informé. (Théo Ananissoh)

Car la prose de Cécile Oumhani, pour être poétique, n’en demeure pas moins proche des réalités et des souffrances humaines ; son travail d’écrivain consiste, dit-elle, à « entrer en résonance avec des vies entraperçues, imaginées, et à essayer de les faire résonner à travers l’écriture. » Elle a l’art de nous proposer des personnages à la sensibilité à fleur de peau (ici, Daoud) pour lesquels elle nourrit une tendresse tout à fait communicative, entraînant dans son sillage le lecteur à suivre les péripéties de ses héros avec beaucoup d’émotion. (Dominique Godfard)

Elle nous offre ici, sur ce sujet brûlant, un superbe roman enrichi du recul que donne l’Histoire. (Nicole Genaille)

Nos ofrece aquí, sobre ese tema candente, una magnifica novela, enriquecida por la distancia que da la Historia. (Nicole Genaille)

« Tunisian Yankee » est un livre racontant l’histoire d’un Tunisien, Daoud, qui, voulant fuir le système colonial imposé à la Tunisie, s’installe aux États-Unis, avant de combattre en Europe aux côtés de l’armée américaine durant la première guerre mondiale.  (Yassine Bellamine)

A travers ce roman, Cécile Oumhani veut faire le lien entre l’immigration passée qui a permis de construire les États-Unis et aujourd’hui où on laisse les migrants se noyer tout en essayant de décloisonner le repli identitaire actuel, rappelant à quel point l’ouverture sur les autres peut être salvatrice. (Yassine Bellamine)

Un beau livre très bien écrit, qui plonge le lecteur dans un monde en plein désarroi. Lequel monde a des similitudes avec le nôtre. Rencontre avec son auteure. (Laurent Ribadeau-Dumas)

il y a des romans exceptionnels – de beauté et de pertinence – qui paraissent à l’arrière-saison comme pour réserver leur charme unique à des lecteurs/lectrices qui choisissent des sentiers hors des chemins battus. Tunisian Yankee de Cécile Oumhani paru chez Elyzad en est un. (Geetha Ganapathy-Doré)

A travers ce personnage attachant, aux prises à la fois avec les traditions et la modernité, Cécile Oumhani poursuit son exploration du thème de la traversée des cultures, dans une langue superbement ciselée et poétique. (Tirthankar Chanda)